mardi 27 novembre 2007

Pourquoi les femmes croient au Prince Charmant?

Selon Wikipédia, le Prince Charmant est l'homme idéal paré de toutes les qualités, dont rêvent toutes les femmes.

L'écrivain Alain Soral, pour sa part, le décrit ainsi:
Prince : homme socialement dominant, jeune et à l'avenir encore plus prometteur (roi).
Charmant : à la fois bien fait et courtois.
Conclusion : les jeunes filles, pour combler leur attente amoureuse, espèrent donc rencontrer un mâle dominant, jeune, plein d'avenir, bel et galant homme. Soit l'optimum de ce qu'elles peuvent attendre de leur accouplement pour vivre entretenues et assurer le meilleur patrimoine - matériel et génétique - à leur progéniture. Une innocente rêverie qui révèle, en fait, un sacré sens pratique !


On pourrait penser que la libération des moeurs, l'avènement du féminisme, l'augmentation inquiétante des taux de divorce ou encore la pratique de la tournante auraient sonné la fin au mythe, mais rien ne semble y faire...

Il est proprement stupéfiant de constater à quel point les femmes s'évertuent encore à ne pas vouloir considérer les hommes tels qu'ils sont vraiment, contribuant, par leurs attentes impossibles à satisfaire, à l'échec inéluctables de leurs relations et donc à leur malheur programmé. Pourquoi continue-t-on de formatter le cerveau des petites filles à coup de contes de fées et de rose bonbon, alors que l'on sait pertinemment qu'elles vont en souffrir le jour où l'illusion s'évanouira?

Figure littéraire apparaissant dans l'oeuvre de Perrault, des frères Grimm, de Madame d'Aulnoy ou encore d'Andrew Lang, c'est néanmoins dans la version de Cendrillon par Walt Disney (1950) qu'est faite référence explicite au terme de Prince Charmant pour la première fois. Et il faut bien avouer que la maison Disney, fidèle à sa stratégie de vendeuse de rêves, a su exploiter le filon depuis. Pour preuve, ces quelques titres de la litérature enfantine, dignes d'une campagne de propagande, proposés dans une série dédiée, intitulée Ma Princesse Préférée




En commun sur ces illustrations, des jeunes filles exaltées par la force de leurs sentiments, en robe de soirée...et seules. Car le Prince Charmant est une utopie, il est immatériel.
Le champ sémantique du résumé de chacun des livres vaut également le détour:
"Avec mon Prince, nous fêtons notre premier anniversaire de mariage ! Je veux lui offrir le plus beau de tous les cadeaux: Un diamant aussi pur que notre amour."
"Ariel n'a plus qu'une idée en tête : épouser la statue du Prince Éric (.../...) La Petite Sirène va s'inventer une cérémonie de mariage inoubliable !"
"je suis la Princesse Jasmine et l'heureuse épouse d'Aladdin (.../...)Notre ami le génie (.../...) a l'air bien triste (.../...)Lui aussi aimerait connaître le grand amour"
"Depuis que j'ai épousé le prince Philippe, je vis un rêve éveillé !
"

Sachant que 80% des divorces sont initiés par la femme dans le couple, faut-il aller chercher plus loin les raisons de l'échec de tant de mariages? Les petites filles sont conditionnées à associer la notion de bonheur à celle de mariage, à attendre qu'un homme parfait vienne les arracher à leur misère affective et leur procurer un bonheur total, inconditionnel et éternel. Le jour de leur mariage, elles arboreront, elles aussi, une longue robe blanche de princesse symbolisant leur pureté, (même si jusque là, elles se sont déjà envoyé un aller-retour terre-lune en longueurs de bite cumulées) et seront ce qu'elles désirent le plus: le centre des attentions. Combien d'entre-elles réfléchissent au préalable à l'après, au lendemain?

Dans son ouvrage Cherche désespéremment l'homme de ma vie, la psychothérapeute Sylvie Tenenbaum évoque le sujet de la solitude au féminin comme une résultante de ces croyances réductrices sur l'amour, génératrices de tant de déceptions et de souffrance. Au cours d'une interview, elle fustige cette attitude. Quelques morceaux choisis:

"À quinze ans, le prince charmant, ça peut être mignon. Mais il arrive un moment où, adulte, il faut redescendre sur terre. Les femmes peuvent être très mûres dans l'organisation de leur vie professionnelle, mais dans le domaine affectif ce sont parfois des petites filles ou des adolescentes"

"Nous sommes dans une société qui est dans le tout, tout de suite, maintenant. Le bonheur cela ne se trouve pas dans un distributeur de coca ou de café. Et j'ai parfois un peu l'impression que c'est ce qu'il y a dans leurs têtes. Beaucoup de choses pourtant leur ont été difficiles. Ce n'est pas toujours facile de mener à bien une carrière. Elles se sont battues mais elles croient peut-être encore qu'en se battant, elles trouveront l'amour idéal. Mais l'idéal dans la vie affective, ce n'est pas la réalité, en tous cas celle des hommes et leur façon de vivre à deux. Au début d'une relation, il y a un grand enthousiasme car elles se sentent aimées donc exister et puis après ça redescend parce que la réalité les rattrape."

"Si le prince ne remplit pas à tous les critères 20 sur 20, il est jeté comme une vieille serviette ! Les femmes critiquent les hommes qui prennent les femmes pour des objets, mais c'est pareil dans l'autre sens !"

"Certaines femmes désirent que l'homme leur consacre tout son temps libre. Plus de copains, plus de famille à eux, etc. C'est totalement infantil. C'est comme le tout petit enfant qui dans les deux premières années de sa vie avait sa mère à sa disposition. C'est de la toute puissance infantile."

"La confusion des désirs, c'est: "je veux un homme dans ma vie et en même temps je les trouve tous nuls !" Ce peut être aussi : "je ne veux pas sacrifier ma liberté alors je veux une relation d'amour total et en même temps je ne veux pas donner grand-chose". La femme, souvent ne sait pas ce qu'elle veut."

"Une femme intoxiquée de l'amour, c'est une femme qui n'aime pas l'homme comme une personne, un être humain de chair et de sang, d'âme, de cœur et d'esprit. C'est une femme qui est amoureuse de l'amour et donc qui va plaquer tout ce dont elle rêve en termes de vie amoureuse sur quelqu'un qui lui plait physiquement. Comme, petit à petit, elle va s'apercevoir que ce quelqu'un est un être humain, elle va aller vers une autre rencontre. C'est la quête du Graal. Elle cherche l'amour et non pas quelqu'un pour vivre l'amour. Finalement le partenaire devient gênant. Il vaut mieux parfois en rêver."

"Etre amoureuse ou amoureux c'est être très attiré(e), avoir besoin d'être avec, de se toucher, de partager plein de choses mais sans vraiment connaître l'autre. Aimer, c'est connaître, c'est aller en profondeur."

"Mon livre a vraiment été écrit pour cela : proposer aux femmes des pistes de réflexion pour prendre conscience des choix qui ont été faits, de leurs responsabilités dans leurs ruptures. Il n'y a pas que des "méchants hommes" qui les quittent. Quand on est quittée, c'est qu'en général on a tout fait inconsciemment pour l'être."

A bonnes entendeuses...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

"(même si jusque là, elles se sont déjà envoyé un aller-retour terre-lune en longueurs de bite cumulées) "
Un romantisme digne d'un prince repoussant...

BRR a dit…

Merci à toi pour cet article... ça m'a donné de quoi réfléchir :-)
Je suis tout à fait d'accord en plus.

Anonyme a dit…

que les femmes continuent dans la voie qu'elles prennent, et elle seront sur de faire leure malheure.
vous etes de plus en plus pitoyable, c'est triste. lessez votre agressivitees de cote et devenez adulte, vous verez alors comme il est facile d'etre heureuse, et comble de bonheur.

givengy a dit…

Je suis assez d' accord quant à ce passage :"Les femmes peuvent être très mûres dans l'organisation de leur vie professionnelle, mais dans le domaine affectif ce sont parfois des petites filles ou des adolescentes".
Personnellement j'ai depuis un moment abandonné ce rêve de petite fille,(même si j'n'en suis qu' à 1/4 de ma vie). Nous sommes loin d'être idéales, alors ce serait sacrément exagéré d'exiger un homme parfait !

elisabeth a dit…

eh bien, bonjour la poésie !
celle qui ne croient plus aux contes de fées je les plains. il faudrait déjà savoir ce qu'est vraiment, dans la tradition orale, un conte merveilleux et savoir aussi ce que sont princes et princesses en terme symbolique, avant de faire ce portrait si poétique de la femme/gourde et attardée.